Page 4 - Lesmotsduclimat
P. 4

Edito de Christian de Perthuis



                                          Parmi les mots du climat, il y a bien sûr les incontournables. Le lecteur ne
                                          sera pas surpris de tomber sur "Accord de Paris", dès la lettre "A". Et il doit
                                          s'y arrêter. C'est une belle synthèse des 29 articles dont il rappelle qu'ils
                                          constituent bien un traité international, même si l'emballage est différent de
                                          celui  du  Protocole de  Kyoto.  Ratification par les  Etats-Unis oblige  !  A
                                          propos des Etats-Unis, le coup de froid de l'élection de Donald Trump à la
                                          COP-22 de Marrakech est rappelé, mais l'auteur ne pense pas qu'il soit
                                          suffisant pour ralentir la mobilisation des autres acteurs. Souhaitons qu'il ait
                                          raison !
             www.chaireeconomieduclimat.org
            Sautons de "A" à "E". Nous tombons sur "Energie". Les alternatives aux énergies fossiles sont de plus en plus
            nombreuses à entrer sur le marché pour proposer des solutions crédibles à base de sources renouvelables.
            L'article consacré aux énergies fossiles     rappelle l'enjeu du désinvestissement par rapport à cette source, encore
            totalement dominante dans les mix actuels. Faut-il compter sur les "Entreprises" toujours à la même lettre, ou sur
            la "Finance", à la lettre suivante, pour opérer cette révolution ? L'auteur leur consacre des textes assez longs avec
            des références multiples.

            Cela souligne la montée en régime des initiatives au sein du monde économique, même s'il est difficile de
            dissocier ce qui tient de l'engagement effectif de ce qui a trait à la seule communication.

            Nous arrivons à "M" et à "Marché du carbone" dont l'objectif, à l'instar de la taxe, est bien d'appliquer le
            principe du "pollueur-payeur     " à la question climatique, comme le rappelle opportunément l'auteur. Mais les
            progrès de ces marchés restent bien lents dans le monde.

            Passons directement à "T", comme "Taxe carbone". Les grands principes sont rappelés, ainsi que les projets
            en   gestation   (Canada   et  Australie).   N'oublions   les   exemples   réussis,   tel   celui   de   la   Suède,   le   plus
            emblématique avec une taxe domestique supérieure à 100 €/T de CO2, ou encore de l'Irlande ou de la
            France qui taxe désormais la tonne de CO2 à 30,5 euros. Il est donc possible d'aller beaucoup plus vite en
            matière de tarification du carbone si on veut accélérer l'action d'atténuation du réchauffement climatique.

            Dernière lettre de ce recueil, "V" comme "Ville". Les choix de l'urbanisme d'aujourd'hui conditionnent notre
            empreinte carbone de demain. C'est la raison pour laquelle l'auteur insiste sur l'importance de ces choix
            décentralisés, ne pouvant s'opérer qu'avec la participation active des citoyens. C'est à ce niveau local que
            germent  les idées  et les innovations que l'auteur  répertorie avec grande perspicacité dans ses très
            stimulants "Mots du climat".

                                                                                         Christian de Perthuis
                                                                        Professeur à l'université Paris-Dauphine
                                                                     Fondateur de la Chaire Economie du Climat

                                                             Michel   Giran   fait   partie   en   France   des   pionniers
                                                             engagés pour un monde meilleur. Convaincu que les
                                                             nouvelles   technologies,   comme   l'internet,   sont   un
                                                             outil   pour   informer   sur   les   soutions   à   la   crise
                                                             écologique et climatique à laquelle nous faisons face.

                                                             Sans relâche, il a constitué ces bases de données
                                                             uniques   que   sont  Ecobase   21,  Ddoogle  et
                                                             Communoterre qui permettent  d'avoir un panorama
            complet sur les terminologies et les solutions proposées par tous les acteurs engagés sur la question du
            climat. Michel est un passionné, un amoureux de la Terre et de toute forme de vie, un humain comme il en
            faudrait beaucoup plus sur Terre pour changer le monde. Tout le meilleur à Michel pour cette aventure
            digitale et humaine inspirante et pleine de promesse pour un monde meilleur.

                                                                                    Tristan Leconte / Pur Projet
   1   2   3   4   5   6   7   8   9